Sunday, November 29, 2009

Miscellaneous Toselli Finds

In the Revue des études anciennes, Volume 6 of 1904, the ever-present Victor Chapot highlights a few more inscriptions that Toselli had encountered. He also indicates that he had been working with Toselli's son (unnamed) on his travels around Syria over the previous three years.

"Petite stèle de marbre, haute de 0.53 m sur 0.35 m de large. Le croquis de M. Eugène Toselli montre qu'elle se termine par un entablement grossier : le sommet du fronton est dominé par un acrotère; deux demi-acrotères plus petits au bas des rampants. Dans le tympan, une rosace ù quatre feuilles. Au milieu de la stèle, un espace évidé en forme d'arcosolium; dans le bas, un personnage couché sur un lit sommaire, pourvu d'ornements lenticulaires. Au-dessous :


La forme des lettres ne laisse pas supposer une très basse époque.
********************************************************************
Épitaphe en grandes lettres d'environ 6 ou 7 centimètres. — Estampage.
********************************************************************
Petite dalle etroite, et longue de 0.22 m.
********************************************************************
Plaque de marbre cassee, actuellement au Musee du Louvre. Hauteur des letters: 3 a 4 cms. Estampage.
Les lettres sont trop minuscules pour laisser supposer que celle inscription figurait à la porte de quelque sanctuaire chrétien, comme un salut adressé aux arrivants; elle doit, elle aussi, avoir été gravée sur une pierre tombale. L'invocation qu'elle renferme se retrouve sur d'autres monuments, mais avec des variantes:

Dans notre texte, elle a une valeur rigoureusement personnelle : c'est une prière pour les seuls morts de cette tombe; ils devaient être au moins deux, les chrétiens n'éprouvaient pas à cet égard les scrupules des païens.
*******************************************************************
De Harbié (nom actuel de l'ancienne Daphne, faubourg d'Antioche) : Petite dalle, large de 0.25 m, haute de 0.8 m, bizarrement et maladroilemcnt ornée. D'après le croquis de M. Eug. Toselli : au milieu, une table, du type appelé Delphica, soutenue sur trois pieds reliés entre eux à mi-hauteur par une barre horizontale; elle porte une coupe, un peigne et, semble-t-il, des fleurs mal rendues. A droite et à gauche de la table deux pilastres, avec moulures en forme de disques séparés par un ove allongé. Au bas de la pierre :


L'intérêt de ce petit monument est dans son grossier bas relief : c'est surtout dans les pays de langue latine, plutôt que dans le monde grec, qu'on trouve des mensae funéraires, où sont représentés des plats et des écuelles; on en a beau coup d'exemples pour l'Afrique, en particulier à l'époque chrétienne, où le mot mensa servit principalement, vers les IV et V siècles, à désigner une tombe de martyr (cf. Bull, de la Soc. nat. des Antiq. de Fr., 1902, p. 269)".

1 comment:

Cioara Andrei said...

Foarte interesant subiectul postat de tine. M-am uitat pe blogul tau si imi place ce am vazut.Cu siguranta am sa il mai vizitez.
O zi buna!